Surveillance d’un assuré

Assureur, vous indemnisez une victime sans être sûre de son état de santé. Vous vous demandez si l’assuré simule ou exagère les dommages dont il dit avoir été victime et les conséquences de ceux-ci. Ne restez pas dans le doute, faîtes appel à notre cabinet d’enquête.


Quelle stratégie mettre en place?

La Cour de Cassation, dans un dossier d’indemnisation d’une victime, a retenu le rapport du détective comme une preuve légitime. L’assureur avait un doute sur les séquelles réelles de son assuré. Il a donc mandaté un enquêteur qui a réalisé des photos et vidéos de l’assuré. Celles-ci ayant été réalisées à des heures raisonnables, dans des lieux publics, elles ne constituaient pas d’atteinte à la vie privée.


Filature, seul moyen de preuve ?

La surveillance de l’assuré constitue un élément de preuve mais ne peut être le seul. Une enquête approfondie apportera des informations solides, augmentant la recevabilité de notre rapport.

Si vous songez faire appel à un détective veillez à bien le choisir. Notre cabinet s’engage à vous obtenir les preuves nécessaires, tout en respectant la vie privée de l’assuré suivi, conformément à l’article 9 du Code Civil.

Pour aller plus loin : Fraude : Filature autorisée en cas de soupçons.


Détective privé val de marne région parisienne